Essayer De Comprendre Langlais

Vous apprenez sans doute l'anglais depuis des années et, pour autant, vous ne comprenez toujours pas clairement lorsque vous entendez des natifs parler ?

C'est frustrant et ce n'est pas de votre faute mais, aujourd'hui, nous allons voir ensemble comment corriger cela.

Table of Contents

Pourquoi comprendre l'anglais parlé est si difficile

Si vous ne comprenez pas l'anglais oral, c'est simplement le résultat d'un enseignement inadapté :

On pratique trop peu

En 10 ans de cours d'anglais à l'école, les élèves parlent en moyenne seulement une heure. Soit 6 minutes par an par élève ! Et écouter des profs parler anglais avec un accent français ne vous aidera pas non plus.

Le manque de pratique est la principale cause d'échec en anglais.

L'anglais ne se prononce pas comme il s'écrit

Niveau écriture, l'anglais n'est pas une langue phonétique, on dit aussi que l'orthographe anglaise n'est pas transparente : connaître un mot à l'écrit ne permet pas de le prononcer ; et, connaître un mot à l'oral ne permet pas de l'écrire.

En anglais, il y a un fossé entre l'écrit et l'oral.

Quelques chiffres :

  • En italien, il existe 33 sons et 25 manières d'écrire ces sons.
  • En espagnol, il existe plus de 35 sons et seulement 38 manières de les écrire.
  • En français, il existe 32 sons et plus de 250 manières de les écrire. Aïe !
  • En anglais, il existe plus de 44 sons et plus de 1 100 manières de les écrire !

Source : How the ELL Brain Learns, David A. Sousa

En somme, l'orthographe anglaise est chaotique, pire que celle du français. Tant que vous imaginez la prononciation du texte au lieu de la connaître réellement, vous ne comprendrez pas l'anglais parlé – et aurez de la peine à être compris des anglais.

Si vous apprenez uniquement avec du texte, vous allez galérer.

Les anglais parlent trop vite… (?)

…comme les gens de toutes les langues. (A l'exception peut-être des Suisses ;-))

Si vous trouvez que les anglais parlent trop vite, c'est votre problème – pas celui des anglais ! Les français parlent vite. Les anglais parlent vite. Et les gens parlent toujours plus vite dans les grandes villes qu'à la campagne. C'est naturel.

Et, évidement, c'est subjectif : quelqu'un qui parle à vitesse normale donnera l'impression de parler trop vite à un étranger qui apprend encore la langue.

D'expérience, les parisiens parlent plus vite que les américains ou les britanniques. La différence étant évidemment que vous êtes habitués aux français qui parlent vite mais peut-être pas aux anglais. Vous gérerez mieux un parisien qu'un new-yorkais même si les deux pensent parler à vitesse normale.

L'important ici est que, si vous vous entraînez constamment sur des contenus super lents, vous ne comprendrez que l'anglais parlé su-per-len-te-ment. Ce qui est malheureusement le cas de la majorité des cours et méthodes d'anglais, qui utilisent un anglais lent et artificiel et ne vous préparent donc pas à l'anglais réellement parlé par les natifs.

Les anglais parlent trop vite ? Apprenez à vous adapter à leur vitesse.

Le manque de vocabulaire

Il est évidemment difficile (mais pas forcément impossible) de comprendre le vocabulaire anglais que l'on ne connaît pas. Plus votre vocabulaire sera riche, mieux vous serez équipé en anglais.

Mais, surtout : connaître un mot, c'est le connaître sous toutes ses formes.

Pour bien comprendre à l'oral en anglais, vous devez donc savoir pour chaque mot : comment il se prononce, et quelle syllabe est accentuée. Tant que vous ne savez pas ça, vous ne maîtrisez pas le mot, même si c'est un mot basique que vous « connaissez » depuis des années.

Au passage, pour être autonome en anglais, visez le cap des 5 000 mots pour couvrir 96% du vocabulaire.

Le problème étant identifié, voyons comment le régler !

Etudiez la phonétique anglaise

La phonétique fait parfois peur : elle semble impressionnante, trop technique. Mais, si vous vous y prenez bien, apprendre la phonétique peut être un plaisir et s'avérer facile.

Cela devient vite un plaisir parce que, au lieu de vous ennuyer avec du texte tout le temps, vous allez jouer avec les sons et la musique de la langue anglaise. Pour moi, c'est la même différence qu'il y a entre étudier le solfège (les cours d'anglais classiques, dans cette comparaison) et jouer d'un instrument de musique (s'amuser avec les sons de la langue anglaise).

Mais comment étudier la phonétique anglaise ? Plusieurs pistes. Testez-les et gardez celles que vous préférez.

Un cours de phonétique anglaise

Pour débuter, regardez cette vidéo gratuite :

J'ai aussi publié le très populaire Réussir à l'oral en anglais, un cours de phonétique anglaise conçu spécialement pour les francophones (audio + PDF + bonus).

Utilisez des contenus avec transcriptions phonétiques

Une bonne formation d'anglais DOIT, partout, vous donner la transcription phonétique de ce que vous écoutez parce que cela vous permettra de vérifier la prononciation de manière visuelle.

Gardez ceci en tête : tant que vous ne maîtrisez pas l'anglais parlé, votre oreille ne sera pas fiable et écouter l'audio quinze fois serait d'une aide limitée. Grâce aux transcriptions phonétiques, vous pouvez vérifier ce que vous entendez de manière visuelle. Cela vous permet de ré-éduquer votre oreille et votre cerveau aux sonorités de l'anglais.

Le mieux est d'utiliser des transcriptions phonétiques en Alphabet Phonétique International (API) (en anglais : IPA) parce que c'est le standard en la matière.

Enfin, si vous avez de l'audio avec sa transcription phonétique, vous pourrez vous habituer aux divers symboles phonétiques. Cela vous habituera à bien entendre les sons anglais. Puis cela vous permettra par la suite de vérifier la prononciation d'un mot, juste en lisant sa transcription phonétique dans le dictionnaire, comme un pro.

Utilisez AudioContrast

AudioContrast est une petite application Web gratuite que j'ai développée pour s'entraîner à entendre les sons typiquement anglais, qui n'existent pas en français. Servez-vous en chaque jour dix minutes pendant deux semaines et votre cerveau se ré-adaptera aux sons typiquement anglais.

Essayez d'atteindre régulièrement un score de 10 ou plus sur chaque son.

AudioContrast, pour entraîner votre oreille aux sons typiquement anglais

Utilisez des tables phonétiques

C'est plus technique et c'est ce qui les rend décourageantes pour des débutants mais les tables phonétiques sont un bon moyen de faire le point sur la phonétique anglaise en la comparant au français (ou à d'autres langues).

Si vous débutez, utilisez ces tables en complément de ressources plus accessibles citées plus haut. Puis, une fois que la phonétique anglaise vous sera devenue familière, vous serez heureux d'utiliser ces tables comme références pour réviser rapidement.

Tables phonétiques essentielles :

Enfin, quelques tables phonétiques pour des langues supplémentaires : pour l'espagnol, IPA for Spanish ; pour l'allemand, IPA for German ; pour l'arabe, IPA for Arabic ; pour le portugais, IPA for Portuguese. (Et si vous en avez besoin pour d'autres langues, vous en retrouverez plus à la fin de ces pages dans la section IPA keys).

Ces tables font l'inventaire des sons et des caractéristiques propres à une langue parlée. Cela permet de faire le point sur ce que l'on connaît déjà (grâce à notre langue natale) et sur ce qu'il nous reste à découvrir dans la nouvelle langue.

Utilisez de l'audio partout

Une langue est avant tout parlée : une langue, c'est avant tout du son qui sert à communiquer du sens.

Alors, à défaut de pouvoir pratiquer 24h/24 avec un natif patient et pédagogue, vous voudrez vous entourer d'audio.

Autorisez-vous même à passer par une période sans texte, où vous arrêtez complément de travailler avec du texte pour, à la place, vous concentrer sur l'oral : séries télé, livres audio, podcasts. Si/Lorsque vous faites cela, utilisez un dictionnaire en ligne et la fonction retour rapide pour vérifier les mots que vous voulez vraiment comprendre, en essayant d'écrire les mots et de les trouver dans le dictionnaire, comme une dictée. (Nous y reviendrons dans un article et une vidéo à part).

Pour pratiquer avec de l'audio :

  • Utilisez des livres audio et podcasts.
  • Utilisez des chaînes YouTube en anglais.
  • Utilisez Netflix ou similaire pour regarder films et séries.

Pour comprendre l'anglais parlé, utilisez de l'audio partout

Apprenez à lire et à prononcer le texte anglais

Je viens de vous conseiller de vous concentrer sur l'audio et de négliger le texte. Pourtant, le texte peut lui aussi vous aider à apprendre, pourvu de bien vous y prendre.

Concrètement, vous voudrez être certain de savoir prononcer tous les mots que vous lisez.

Pour cela, à chaque fois que vous avez un doute, vérifiez la prononciation du mot dans le dictionnaire :

  • Sur ordinateur, allez sur Dictionary.com et consultez le mot sur lequel vous avez un doute.
    • Cliquez sur l'icône haut-parleur pour écouter le mot.
    • Consultez la transcription phonétique. Assurez-vous que le bouton (au lieu de ) est activé.
  • Si vous lisez sur liseuse électronique, je ne peux que vanter les mérites du Kindle de Amazon.
    • Surlignez un mot et le dictionnaire intégré apparaît.
    • Le dictionnaire intégré vous fournit non seulement la définition mais aussi la prononciation du mot.
    • Ce dictionnaire utilise un système de transcription inhabituel mais à force de lire sur Kindle et de vérifier la prononciation des mots dedans, vous vous y habituerez.

C'est une technique extrêmement simple et très puissante. Quel que soit votre niveau, cette technique mérite d'être utilisée parce que vous voudrez toujours être certain de savoir prononcer le vocabulaire que vous utilisez.

En particulier, en plus de la prononciation, vous voudrez mémoriser quelle syllabe est accentuée. Dès que vous ne savez pas quelle syllabe accentuer, vérifiez dans le dictionnaire. Cela fera une différence énorme sur votre compréhension de l'anglais parlé ET sur la qualité de votre accent.

Pour améliorer votre compréhension de l'anglais parlé, vérifiez la prononciation et l'accentuation dans le dictionnaire.

Parlez à un natif

De manière ironique, on peut passer des années à étudier l'anglais sans jamais parler à un natif. Ne tombez pas dans ce piège et, à la place, trouvez un correspondant anglais et organisez des rencontres avec des natifs.

Maintenant, un conseil à garder en tête est que tout le monde parle un peu différemment. Il y a les accents qui varient d'un pays à l'autre, bien sûr, mais il y a aussi les accents régionaux et, même au sein d'une même région ou d'une même famille, tout le monde parle un peu différemment.

Pour améliorer votre compréhension de l'anglais parlé, passer une heure en tête à tête avec un natif fait souvent des miracles. Votre oreille a le temps de s'habituer et, comme c'est interactif, votre interlocuteur peut lui aussi vous aider.

Cela vous permet aussi d'observer davantage la différence entre la manière dont vous pensez que l'anglais se prononce (école, texte, mots isolés…) et la réalité (natifs, anglais parlé, liaisons…) – ça fait du bien !

Etudiez les contractions

Ché pas si tu vois c'que j'veux dire mais tout l'monde articule pas parfaitement tous les sons d'la phrase. En français, y a une p'tite différence entre c'qu'on dit et c'qu'on écrit. Tu vois d'quoi j'parle ?

Eh bien, c'est pareil en anglais.

Tout le monde n'a pas une articulation digne de la reine d'Angleterre. Ce n'est pas uniquement une question d'éducation. Les personnes les plus éduquées ne prononcent pas absolument tous les sons non plus. (Même si c'est vrai que l'on articulera plus en entretien d'embauche qu'après avoir bu un coup avec des amis).

Pour cette raison, étudiez les contractions : tous comme les francophones, les anglophones avalent des syllabes lorsqu'ils parlent.

Certaines de ces contractions (mais pas toutes) se reflètent à l'écrit :

  • Texte normal :
    • do not devient don't,
    • cannot devient can't,
    • I have got to go devient I've got to go,
    • That is great news devient That's great news,
    • et, évidemment, Let us go devient Let's go.
  • Texte argotique :
    • I have got to go devient I gotta go,
    • I'm going to go devient I'm gonna go.

Notez que, dans la sélection d'exemples ci-dessus, il serait très rare de prononcer la première version. Les natifs prononceraient tout le temps la seconde version. Observer cela vous aidera déjà beaucoup à améliorer votre compréhension de l'anglais parlé.

Mais enfin, toutes ces contractions ne s'écrivent pas ! Beaucoup de contractions ont lieu à l'oral et ne seraient pas retranscrites à l'écrit (sauf peut-être par SMS). Les exemples suivants illustrent comment on pourrait écrire certaines contractions :

  • Contractions supplémentaires :
    • What do you think? devient Whatddaya think?,
    • He’s probably right devient He’s prolly right,
    • I suppose you’re right devient I s’pose you’re right..
    • Ou bien encore : What are you doing? devient Watcha doing?.

Ainsi en va la vie : l'anglais oral est plus décontracté que l'écrit. (Autrement dit : on peut voir les contractions comme les formes contractées d'un langage décontracté !). Et, vu que l'on fait la même chose en français, on n'est pas vraiment en position de se plaindre… ;-)

Conclusion

Il y a une différence entre la manière dont on pense que l'anglais devrait se prononcer et la manière dont il se prononce en réalité.

La phonétique, l'audio, vérifier que l'on sait prononcer ce qu'on lit, parler à un natif et étudier les contractions sont autant de techniques qui nous aideront à mieux observer et combler le fossé entre anglais écrit et anglais parlé.

Travailler sur cela nous aidera à mieux comprendre l'oral… Puis, aussi, à mieux prononcer et à adoucir, voire supprimer, notre accent français (ce qui fera l'objet d'un prochain article ! ;-))

Comme toujours, appliquez ces informations de manière pratique. Agissez ! Apprendre, c'est changer de comportement. L'information n'a de valeur que si elle est appliquée et modifie votre manière de parler anglais.

Bonne pratique !

Comment apprendre l’anglais, facilement, chez soi, et de manière efficace ? C’est ce que vous allez découvrir dans les lignes qui suivent. Attention, cette méthode est à l’opposé de la méthode scolaire. Elle est aussi à l’opposé des méthodes qui promettent des miracles rapidement.
Il s’agit d’une approche réaliste, qui est certainement la plus rapide de toutes, mais qui demande de repenser complètement votre apprentissage. Il va falloir vous immerger et faire de l’anglais TOUT le temps.

Mais d’abord, pourquoi vouloir maîtriser l’anglais ? Vous avez peut-être un membre de votre famille à l’étranger ou un besoin professionnel. Quelle que soit votre raison, l’anglais est une ouverture sur le monde. Saviez-vous par exemple que seules 4% des pages Internet de la planète sont en français, tandis que les pages en anglais représentent 55,1% du web mondial?

Pourcentage des pages web mondiales selon la langue. Source: http://w3techs.com/technologies/overview/content_language/all

Si vous apprenez cette langue, c’est comme si vous débloquiez instantanément un accès à des millions de pages et d’informations.

Ce qui est vrai sur le web est vrai ailleurs… surtout dans le monde professionnel. L’anglais peut réellement changer votre vie.
Au delà de ça, quelle sensation fabuleuse de parler une nouvelle langue. Vous découvrirez une manière de penser différente, une nouvelle culture, un nouveau monde, une nouvelle aventure. C’est passionnant.

Adoptez la bonne attitude

Le problème, c’est que l’on croit que l’anglais, c’est comme le vélo. C’est bien connu : le vélo, ça ne s’oublie pas.
Or, ce n’est pas du tout ainsi que cela fonctionne. Nous ne pourrons jamais dire « Ca, c’est fait ! L’anglais, je connais », et passer à autre chose. Vous allez pouvoir progresser et atteindre un niveau exceptionnel, mais il y aura toujours de nouvelles choses à apprendre. Il faudra toujours travailler sur l’anglais et l’entretenir. Cela ne s’arrêtera jamais vraiment. C’est ce qui rend la chose passionnante !

Définissez le bon objectif

Aussi, pour être efficace dès maintenant, commencez par bien définir votre objectif actuel. Où voulez-vous arriver dans un premier temps ? Quel niveau voulez-vous atteindre ?
Si je devais formuler le but le plus courant de mes élèves, ce serait :

Atteindre un niveau de conversation fluide, et ne plus avoir peur de prendre la parole en anglais.

C’est un très bon exemple d’objectif pour commencer ! Quel est le vôtre ?

On notera d’ailleurs que la deuxième partie de ce but n’est pas directement liée à votre niveau. Cela concerne plus la peur inconsciente de faire des erreurs et de se mettre dans l’embarras. Mais je vais revenir là-dessus tout-à-l’heure, car il existe des solutions efficaces pour cela aussi.

Ce qui m’a aidé, mon déclic pour apprendre l’anglais

Pour ma part, j’ai réellement progressé en anglais à partir du moment où j’ai fait mon premier voyage à l’étranger. Le voyage en lui-même m’a aidé, mais il m’a surtout donné un déclic faisant de l’anglais une passion. Ensuite, j’ai découvert des auteurs anglophones fascinants. Cela m’a forcé à lire dans cette langue. Puis j’ai voyagé, habité en Angleterre, travaillé en Irlande. Cela m’a permis de m’améliorer encore. Mais l’élément déclencheur a été la passion éveillée par le premier voyage.

Chez tous mes élèves qui font des progrès rapides, je retrouve ces deux éléments clés 1) la passion, ou l’enthousiasme et 2) la pratique, l’immersion poussée, dans la vie quotidienne. Ces élèves se passionnent pour l’anglais. Ils en font beaucoup.
Rassurez-vous, cela est tout à fait possible sans voyager et je vais vous expliquer comment.

Les trois clés pour progresser rapidement en anglais

1) la première clé est de forcer votre cerveau à penser en anglais, et d’être chaque jour, chaque semaine, en contact avec la langue que vous apprenez. Si vous êtes en phase d’apprentissage, et que vous voulez progresser assez vite, je recommande 3 à 4 heures par semaine en contact avec de l’anglais. Pas forcément 4h de travail studieux, mais au moins du contact : une conversation, un film, un livre, ça compte. Rencontrez des Anglais, pensez en anglais, lisez en anglais, chantez en anglais, regardez des films, découvrez la culture des pays anglophones qui vous passionnent le plus.

2) La deuxième clé est de suivre vos passions et vos centres d’intérêts. Passionnez-vous pour l’anglais, mais aussi pour les sujets que vous allez suivre en anglais. Regardez les films des réalisateurs que vous aimez, avec vos acteurs préférés. Lisez les auteurs qui vous plaisent. Suivez des blogs, journaux, podcasts, forums, sur vos centres d’intérêts.
Etes-vous par exemple passionné(e) de belles voitures ? Lisez des blogs anglophones à ce sujet.
Vous êtes plutôt pêche à la mouche, wakeboard ou musiques des années 80 ?
Quel que soit votre centre d’intérêt, si vous lisez, écoutez, écrivez sur des forums à propos de sujets qui vous plaisent, ce sera tellement plus facile !
Vous apprenez l’anglais pour vous, faîtes-vous plaisir en le faisant…

3) La troisième clé est de vous donner les moyens d’y arriver. Commencez maintenant, et donnez-vous 3 à 4 mois pour progresser. Cela peut paraître très long mais c’est en fait rapide. Si vous le faîtes, vos progrès seront phénoménaux. Cependant il ne s’agit pas de s’y mettre à fond une semaine et d’arrêter la suivante. Visez l’amélioration continue, en vous y mettant un peu, mais régulièrement. Chaque semaine, pendant 3 à 4 mois minimum pour commencer.
Idéalement vous y prendrez goût et ensuite, cela deviendra normal, et vous continuerez.
Vous pouvez aussi vous faire un petit plan de cours personnel, en notant les notions que vous aimeriez apprendre. Je reviendrai sur ce sujet un peu plus loin…

Comment apprendre l’anglais facilement – les étapes

Entrons maintenant dans le vif du sujet. Comment mettre en place ces trois clés pour progresser efficacement en anglais ?
Etes-vous prêt ? C’est parti !

Structurez votre environnement pour être automatiquement au contact de l’anglais tous les jours

L’idée est que vous utilisiez la motivation du départ, pour mettre en place des habitudes qui resteront, même lorsque cette motivation du début sera émoussée. Vous pouvez mettre de l’anglais partout dans votre vie, afin de faire baigner votre cerveau dans cette langue automatiquement, donc sans effort.

Par exemple, saviez-vous que vous pouvez changer les réglages de votre compte Facebook pour qu’il s’affiche en anglais ? C’est très facile, il vous suffit de le sélectionner dans les paramètres. Cela se fait en deux clics depuis la page d’accueil.
Désormais, à chaque fois que vous connecterez sur Facebook, vous ferez un peu d’anglais.

Je vous invite à faire de même avec votre Smartphone. Si vous avez un iPhone par exemple, c’est très facile. Il suffit d’aller dans Réglages -> Général -> Langue et région. Comme indiqué sur la photo ci-dessous.

Comment changer la langue de son iPhone

Deux clics et hop, votre Smartphone sera en anglais. Je ne connais pas la procédure exacte sur Androïd mais je suis sûr que c’est très simple aussi.

Faites de même avec votre ordinateur. Il faut aller dans les paramètres. Faîtes attention à garder le clavier Français pour ne pas passer de Azerty à Qwerty dans la disposition des touches.

Au début, cela vous obligera à effectuer quelques recherches dans le dictionnaire pour tout comprendre, mais cela vaut le coup ! Ne vous découragez pas si cela paraît fatiguant au début, vous vous habituerez vite.

Si vous jouez aux jeux vidéos, vous pouvez aussi changer la langue d’affichage de vos jeux favoris.

Autre idée qui va vous mettre de l’anglais dans les oreilles : réglez votre radio réveil sur une station anglaise ! Si vous avez un Smartphone, utilisez une application de radio réveil au lieu de l’alarme par défaut. Vous pourrez alors choisir une station anglophone pour vous réveiller. Vous avez par exemple l’application Sonio sur iOS, mais il en existe de nombreuses, sur toutes les plates-formes.

Pensez en anglais

Essayez également de penser et de vous parler à vous-même en anglais. Tout ce que vous pouvez penser dans votre vie quotidienne, essayez de le penser en anglais.
Cela peut paraître difficile au début.

En effet, votre pensée sera forcément plus basique dans la nouvelle langue, car vous la maîtrisez moins que votre langue natale. Le discours sera moins précis, moins évolué, moins nuancé. Et bien tant pis ! Il faut garder l’enthousiasme du débutant, comme un enfant qui découvre et qui s’amuse !

Lisez des livres et des BD en anglais

Y’a-t-il un auteur anglophone que vous appréciez particulièrement ? Ken Follett ? J.K. Rowling ? Arthur Conan Doyle ? Lisez le directement en anglais ! Allez simplement sur Amazon dans la partie « livres en anglais ». Si vous ne trouvez pas, allez sur amazon.com (plutôt que .fr) et achetez-le.

Pensez aussi aux librairies et médiathèques publiques. La plupart proposent des rayons entiers de livres en anglais. Cela vaut le coup !

A ne pas négliger aussi, la lecture de bandes dessinées. La production en anglais est tout aussi riche et variée que la production de BD en français. L’avantage de la BD est que les images permettent de faciliter la compréhension. Si vous êtes fan, foncez !

Lisez et apprenez aussi sur la culture du pays qui vous intéresse. Découvrez les coutumes, les habitudes, les sports nationaux, les fêtes, etc. C’est une ouverture sur la culture essentielle pour bien comprendre la manière de penser de ceux qui parlent la langue que vous apprenez.

Les films et séries en VO

La grande question avec les films et les séries en VO, c’est de savoir s’il faut mettre les sous-titres, et si oui, dans quelle langue.
Le mieux est de mettre les sous-titres pour que vous puissiez comprendre au mieux. Si vous ne comprenez rien de rien sans les sous-titres en français, alors mettez-les. Dans un premier temps, ce sera toujours plus positif que de ne rien faire. Vous pourrez toujours ensuite revoir une nouvelle fois le film ou la série, en changeant la langue des sous-titres, et même une nouvelle fois sans sous-titre du tout si vous y arrivez. L’important est de faire en fonction de votre niveau. Si vous ne comprenez rien du tout, cela sera moins efficace que si vous mettez les sous-titres en français.

La TV anglaise – oui c’est possible

Cherchez dans le programme TV anglais, et utilisez le site ou l’application Filmon.com pour regarder la télévision britannique. Je décris tout cela en détail et pas-à-pas dans cet article.

Votre meilleur allié : Internet

Abonnez-vous aux blogs, inscrivez-vous aux forums correspondant à vos centres d’intérêts. Faîtes des recherches sur Google, abonnez-vous aux chaînes Youtube de cours d’anglais, il en existe des dizaines !

Les podcasts

Les podcasts sont incontournables pour écouter de l’anglais tous les jours. Il en existe sur tous les sujets, beaucoup plus en anglais qu’en français. Sur la politique, l’histoire, la culture, le développement personnel, le sport, les cours d’anglais même ! Faîtes une recherche en fonction de vos passions, et abonnez-vous ! La plupart sont gratuits. Rendez-vous dans la partie “ressources” en bas de cet article pour en trouver quelques-uns.

Les chaînes Youtube

Il en existe tellement ! Abonnez-vous à celles qui correspondent à vos centres d’intérêts. Vous avez aussi d’excellentes chaînes de cours, pour la grammaire, le vocabulaire, la compréhension etc. vous en trouverez quelques-unes dans la partie “ressources” en bas de cet article.

Les journaux en anglais, comment les lire gratuitement

Si certains journaux vous plaisent, vous pouvez lire des articles directement sur les sites de ces journaux. Par exemple le New York times, le Washington Post, Time Magazine, The Economist, etc. Si vous possédez une liseuse de type Kindle (ou n’importe quelle autre marque), vous pouvez recevoir les articles des journaux qui vous intéressent, gratuitement, directement dans votre liseuse. Pour cela, téléchargez le logiciel gratuit Calibre, et utilisez-le pour recevoir vos journaux favoris (plus d’infos à ce sujet en bas de page).

Pourquoi cuisiner une spécialité néo-zélandaise pourra vous aider

Autre idée originale : lisez des recettes de cuisine en anglais. Cuisinez des plats nouveaux. Des plats américains, canadiens. Des spécialités venues d’ailleurs ! Connaissez-vous une spécialité néo-zélandaise par exemple ? Effectuez une recherche sur Google et trouvez-en une, puis cuisinez-la ! C’est amusant, c’est le début de la découverte, et cela vous obligera à lire vos recettes de cuisine en anglais.

Souvenez-vous: focalisez-vous sur vos centres d’intérêts, vos passions, et sur ce qui vous fait plaisir, puis structurez votre environnement pour qu’il y ait de l’anglais un peu partout.

Le plus qui fait la différence: utilisez un logbook

Savez-vous ce que signifie logbook en anglais ? Cela vient du vocabulaire maritime. Un logbook, c’est un carnet de bord. Gardez avec vous un petit carnet sur lequel vous allez noter régulièrement des mots nouveaux, et suivre vos progrès en anglais, en indiquant les dates.
Par exemple, si vous regardez un film et que vous comprenez un mot nouveau, notez-le.
Cela pourrait donner :

  • Jeudi 4 août, appris les nouveaux mots : backseat driver, steering wheel.
  • Vendredi 5 août : appris le present perfect.
  • etc.

En relisant votre logbook plus tard, vous constaterez vos progrès !

Ce n’est pas la peine de tout noter tout le temps. Par exemple si vous regardez un film, vous n’allez pas forcément avoir envie de le mettre sur pause toutes les 30 secondes pour noter dans votre logbook. L’idée est simplement que ce carnet de bord soit toujours avec vous. Que vous y notiez chaque semaine quelques notions ou mots nouveaux, et que vous puissiez les relire fréquemment pour bien les retenir.

En effet, la répétition est importante pour apprendre le vocabulaire. N’hésitez pas à revoir souvent les mots appris.

Prenez des cours

Vous pouvez réussir sans prendre de cours, cependant, c’est une vraie aide ! Cela vous cadrera, vous redonnera de la passion, et vous fera avancer plus vite. Je vous conseille de suivre une formation si vous le pouvez. Vous gagnerez du temps, vous serez orienté(e) directement sur les notions utiles à apprendre, cela entretiendra votre motivation sur la durée. Bref, avec un cours, c’est plus facile.

Je vous conseille bien entendu de suivre les formations que nous avons créées avec Ben, mon collègue anglais. Elles ont été suivies avec succès par plusieurs milliers de personnes:

Mais quel que soit le choix des cours que vous prenez, assurez-vous qu’il vous plaise et que vous soyez enthousiaste à l’idée de les suivre.

Faut-il faire de la grammaire ?

La première erreur avec la grammaire, c’est de trop en faire. La deuxième erreur, c’est de ne pas assez en faire.
La grammaire est utile, il faut en faire un minimum pour comprendre la fonctionnement du langage et savoir l’utiliser correctement. Personnellement j’aime beaucoup le livre l’Anglais de A à Z, de Michael Swan. Vous avez aussi un bon nombre de leçons expliquées très simplement ici même.

RENCONTREZ DES ANGLOPHONES – le guide

Si vous pouvez rencontrer des anglophones, c’est génial. Dans toutes les grandes villes de France, de Belgique et du Canada, vous trouverez des cafés des langues. Allez-y!
Si vous êtes étudiant, il y a certainement dans votre université des étudiants qui sont en demande de rencontrer des Français pour s’améliorer. Cherchez à faire un échange linguistique, où vous parlerez par exemple 30 minutes en français, puis 30 minutes en anglais. Rejoignez la communauté des Erasmus de votre université, et rencontrez les étudiants étrangers.

A défaut de rencontrer des anglophones, trouvez quelqu’un qui a envie d’apprendre l’anglais avec vous, ou qui le parle déjà. Vous pouvez parler anglais régulièrement avec cette personne, et vous motiver l’un et l’autre à avancer.

Prévoyez un voyage
Si vous habitez en France, l’Irlande et l’Angleterre sont à une heure d’avion. Si vous le pouvez, prévoyez un voyage, ou deux, dans l’année ! Cela vous motivera, et vous aidera à vous améliorer.

Il existe aussi des organismes qui proposent des séjours chez des Anglais, en France. Par exemple via le site http://anglais-en-france.com/. J’ai eu un excellent retour d’une personne ayant effectué un tel séjour d’une semaine en Bretagne, chez des Anglais. Ils sont d’ailleurs devenus amis et ont prévu de se revoir prochainement.

Fréquentez des amis polyglottes.
Si vous avez dans votre entourage des amis qui parlent plusieurs langues, fréquentez-les. Copiez leur cerveau ! Posez-leur des questions, demandez-leur de parler un peu anglais avec vous. Les polyglottes sont généralement des passionnés, qui aiment transmettre leur enthousiasme envers les langues. Il y en a de plus en plus, et il existe même un rassemblement annuel de polyglottes à Berlin!

Dépassez votre appréhension de parler anglais, et améliorez votre prononciation

Comme je le disais au début, n’ayez pas honte ! Cela pourrait faire l’objet d’une formation à part entière. Souvenez-vous que vous pouvez tout à fait parler anglais pour de vrai, sans maîtriser tout à 100%. De même, votre accent français ne doit pas vous freiner. Si vous attendez de prononcer comme un natif pour vous mettre à parler, vous allez attendre beaucoup plus longtemps, et vous vous compliquez les choses. Prononcer comme un natif est un très bel objectif, mais n’attendez pas de l’avoir atteint pour commencer à parler.
Pas la peine d’être parfait pour commencer à parler !

Comment travailler sa prononciation

Focalisez-vous sur le fait d’être compris, avant d’avoir un accent parfait. C’est un vaste sujet. Pour commencer, voici deux vidéos que j’ai tournées récemment qui pourront vous aider.

Le résumé en vidéo:

RESSOURCES

Pour suggérer l’ajout d’une ressource, contactez-moi en cliquant ici.

  • Comment regarder la TV britannique sur Internet
  • Liste de 35 films à voir en anglais
  • Idées de séries à voir en anglais: Game of Thrones, Breaking Bad, Orange is the New Black, How I Met Your Mother, Friends, House of Cards, Broadchurch (excellente série britannique, à ne pas manquer).
  • Tutoriel d’utilisation du logiciel Calibre, en français. Calibre vous sert à organiser vos ebooks sur votre liseuse, mais vous pouvez aussi vous abonner à des journaux en ligne et les recevoir ainsi sur votre Kindle ou autre liseuse. Une fois installé et configuré le logiciel pour le relier à votre tablette, cliquez sur le bouton “Fetch News”, sélectionnez la langue (pour nous, English) et allez vous inscrire aux journaux de votre choix. Facile !
  • Quelques chaînes Youtube de cours d’anglais : EngVids, Rachel’s English, English with Jennifer. Abonnez-vous aussi à ma chaîne, AnglaisCours.
  • Quelques podcasts : 6 Minute English (par la BBC), CNN Student News
  • Formations en ligne:Nos Formations d’anglais en vidéo (grammaire, vocabulaire, compréhension : débutant, intermédiaire, avancé).

Alban de Larrard

Alban est le créateur du site AnglaisCours.fr. Vous pouvez suivre ses cours d'anglais sur Youtube en cliquant ici. Avec Ben le professeur britannique, il propose des formations complètes en ligne, pour tous niveaux, sur l'espace membres AnglaisCours Club. Pour suivre ses formations cliquez ici.

Les derniers articles par Alban de Larrard (tout voir)

0 Replies to “Essayer De Comprendre Langlais”

Lascia un Commento

L'indirizzo email non verrà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *